[AstronomiA]
 
AstronomiA - L'astronomie pédagogique
 
Divisions

Prélude

Système solaire

Explication
Eclipses
Soleil
Lune

Planètes

Mercure
Vénus
Terre
Mars
Jupiter
Saturne
Uranus
Neptune

Corps célestes

Pluton
Comètes
Etoiles
Astéroïdes
Météores

Conquête spatiale

Pionniers
Apollo
• Fusées
Satellites
Sondes
Stations orbitales

Divers

Observation
Personnages
Lexique

 
IntroductionEvolutionNavettes
 

Introduction

 

Rappelons à nos mémoires un précurseur génial en matière de fusée: Tsiolkovski, modeste instituteur russe qui consacra toute son existence à l'astronautique.

Dès 1883, il s'intéresse à la propulsion par réaction. En 1895, il examine pour la première fois la possibilité de réaliser un satellite artificiel. Pour l'alimentation des moteurs-fusées, il préconise déjà l'utilisation de propergols (produits composés d'un ou plusieurs ergols) liquides et susceptibles d'être efficacement contrôlés.

Mieux encore, il affirme que le mélange propulsif idéal est celui de l'oxygène et l'hydrogène liquides. Mais Tsiolkovski suggère aussi l'emploi d'autres ergols, tels l'alcool, le kérosène, le méthane, qui ont tous été utilisés depuis avec succès. Il fut également un des premiers à songer à la nécessité d'enfermer les cosmonautes dans des enceintes étanches, munies d'une double paroi afin de pallier les écarts de température et de constituer une protection efficace contre les météorites.

Face à une telle force imaginative, la curiosité de ce théoricien restera malheureusement sur sa faim. Il disparût trop tôt pour voir ses rêves se réaliser.

Après Tsiolkovski, trois noms dominent la fabuleuse histoire de l'astronautique:

D'abord l'Américain Robert H. Goddard, surnommé le "loup solitaire", qui lança la première fusée au propergol liquide à Auburn (Massachussetts) le 16 mars 1926.

Ensuite l'Allemand Hermann Oberth, grand admirateur de Jules Verne dès sa plus tendre enfance, à l'origine des fondements de la théorie régissant le fonctionnement d'une fusée dans le vide spatial avec une poussée suffisante pour satelliser des charges utiles autour de la Terre.

Et enfin, un Français du nom de Robert Esnault-Pelterie, ingénieur interplanétaire, inventeur du moteur en étoile, et du "manche à balais" pour la commande des avion. Ce dernier dût s'y reprendre à deux fois pour convaincre les membres de la société astronomique de France d'une possibilité réelle de voyages interplanétaires.

 

 

Localisation :
  [Fleche]  Fusées / Introduction

Recherche :
 
 

Contents, Copyright © Christophe Verdure, 1996-2011
Questions? chris@mail.belgavillage.be
http://www.astronomia-be.net/